Appel à communications – Louis-Hippolyte La Fontaine (1808-1864): luttes politiques et judiciaires

Montréal, le vendredi 14 avril 2023, Édifice Ernest-Cormier

Cet évènement sera le premier de deux symposiums sur l’avènement du gouvernement responsable et la naissance du Canada moderne (1841-1851) organisés par la Fondation Louis-Hippolyte LaFontaine et la Osgoode Society for Canadian Legal History.

Un deuxième symposium sur Robert Baldwin (1804-1858) aura lieu en mai 2023 à Toronto. La date sera annoncée ultérieurement. L’appel de communications sera diffusé dans un proche avenir.

L’avènement du gouvernement responsable et la modernisation de l’appareil étatique ont été au cœur des luttes politiques faisant suite aux Rébellions de 1837-38 et à l’adoption de l’Acte d’Union (1840). Initialement, des officiers publics qui ne rendaient aucun compte à l’Assemblée élue ont joué un rôle déterminant dans la vie politique et administrative de la nouvelle Province du Canada. Dans ce qui était auparavant le Bas-Canada, les parlementaires francophones craignaient de ne plus pouvoir utiliser leur langue en Chambre. Dirigés par Louis-Hippolyte La Fontaine et Robert Baldwin, les réformistes des deux anciennes colonies du Bas-Canada et du Haut-Canada forcent la main aux gouverneurs sur de multiples questions législatives et administratives, provisoirement sous Charles Bagot (gouverneur général de 1842-43), puis de manière permanente, sous James Bruce, comte d’Elgin (gouverneur général de 1847 à 1854). Au cours de cette période, les systèmes électoral, judiciaire, scolaire et municipal ont été réformés selon les principes de la modernité libérale alors en plein essor. L’industrialisation, le démantèlement du système mercantiliste, l’immigration massive en provenance de la Grande-Bretagne et les transformations dans la tenure des terres bouleversent les structures traditionnelles des deux sociétés coloniales et les transforment durablement. Afin de mieux comprendre cette période charnière de notre histoire, une première conférence portera sur la vie, les luttes, les réalisations, les abandons ou les échecs de La Fontaine. La seconde conférence sera consacrée à Robert Baldwin.

Louis-Hippolyte La Fontaine (1808-1864)

Avocat respecté de ses pairs, homme politique, juge et passionné d’histoire, La Fontaine symbolise l’ascension sociale d’un francophone particulièrement talentueux au sein de l’Empire britannique. Parmi ses réalisations politiques, on peut noter le droit de parler français en Chambre et devant les tribunaux, la réforme du système judiciaire et la révision des lois électorales. Cependant, durant cette période, bien des membres de la société bas-canadienne connaissent une détérioration de leur sort, que l’on pense aux femmes, aux peuples autochtones ou aux travailleurs. Le rôle qu’a joué La Fontaine dans ce processus mérite d’être examiné.

Ce symposium vise à explorer aussi bien le parcours de La Fontaine que le contexte de ses activités. Les thèmes suivants pourront être abordés: éducation, carrière professionnelle, vie politique, vie privée, élaboration et adoption de réformes législatives et administratives, activités du procureur général, positions sur les inégalités entre les sexes, sur les minorités, les peuples autochtones, rôle comme juge en chef et comme juge d’appel, collection et édition de documents d’archives (notamment au sein de la Société historique de Montréal), etc.


Robert Baldwin (1804-1858)

D’ascendance irlandaise, Baldwin est le fils de William Warren Baldwin (1775-1844) qui a revendiqué dans l’arène politique l’instauration du gouvernement responsable. Baldwin est admis au Barreau du Haut-Canada en 1825. En 1844, au décès de son père, il hérite d’immeubles et d’actifs importants. Sa santé physique et mentale a toujours été chancelante. Il a été brièvement membre de l’Assemblée législative du Haut-Canada (1830), puis conseiller législatif (1836) et solliciteur général (1840-1841). De 1841 à 1851, il est député de l’Assemblée législative de la Province du Canada. En 1842, il entre au gouvernement avec Louis-Hippolyte La Fontaine, mais les membres de celui-ci démissionnent l’année suivante. Il forme de nouveau le gouvernement avec La Fontaine entre 1848 et 1851.

Ardent défenseur du gouvernement responsable et de l’équité envers les Canadiens français, Baldwin est attaché aux règles traditionnelles comme la primogéniture et le douaire des femmes mariées. Il s’oppose à la libéralisation de l’économie, par exemple la création de sociétés à responsabilité limitée. Son gouvernement retire le droit de vote aux femmes possédant le cens électoral. Il amorce la laïcisation de l’enseignement supérieur en créant l’Université de Toronto et procède à diverses réformes. Trésorier du Barreau du Haut-Canada de 1850 à 1858, il n’a guère d’activités professionnelles après son retrait de la vie politique. Il refuse notamment de devenir juge.

Le symposium sur Robert Baldwin portera aussi sur son parcours et ses activités. Les thèmes suivants pourront être abordés: éducation, carrière professionnelle, vie politique, vie privée, élaboration et adoption de réformes législatives et administratives, activités du procureur général, positions sur les inégalités entre les sexes, sur les minorités, les peuples autochtones, rôle comme trésorier du Barreau et au sein d’institutions universitaires ou religieuses, etc.

Comité scientifique et comité organisateur

Le comité organisateur du premier symposium est coprésidé par l’honorable Serge Joyal, ainsi que les professeurs Michel Morin (Faculté de droit, Université de Montréal) et Donald Fyson (Département des sciences historiques, Université Laval). Il sera appuyé d’un comité scientifique. Toutes les propositions de communication doivent inclure un résumé de 250 mots ainsi qu’un curriculum vitae d’une page (ou une brève biographie) et être envoyées le 31 mai 2022 au plus tard à l’adresse suivante : michel.morin.3@umontreal.ca.


***

Ce contenu a été mis à jour le 07/04/2022 à 16 h 48 min.